Castellet Motors Cup dimanche : Lola Aston Martin, Chevron, Ligier vainqueurs

Après un samedi de hors d’œuvre, c’est le plat de résistance qui figurait au programme de ce dimanche avec une course pour chacun des cinq plateaux des Masters Historic. Les pilotes des Formule 1 (d’avant 1986) et Sport-Protos (d’avant 1975) des championnats historiques labellisés par la FIA ont ainsi pu se mesurer sur ce fameux tracé de 5,8 km, désormais réemprunté par les F1 modernes lors du Grand Prix de France. Un privilège qu’ils ont partagé avec leurs homologues des plateaux « Aston Martin Endurance Legends », « Pré 66 Touring Cars » et « Gentlemen drivers ». De cette journée baignée d’un généreux soleil, on retiendra notamment la nouvelle victoire de la Ligier JS11 de Matteo Ferrer-Aza en F1 et celle de la Lola Aston Martin DBR1 de Christophe D’Ansembourg en Endurance Legends. Deux joyaux particulièrement représentatifs de la qualité des autos réunies ce week-end sur le circuit varois.

ILS ONT DIT

« Je n’étais pas revenu au Castellet depuis 3/4 ans. Avec ses grandes lignes droites, ce n’est pas un tracé très favorable à notre Cortina Lotus. Heureusement il y a les virages pour se rattraper ! » (Steve Soper, ex pilote officiel Ford, BMW et Peugeot en Tourisme).

« Je connais bien le circuit Paul Ricard, mais je n’y avais encore jamais couru au volant de ma Shadow F1. C’est une piste formidable et très sûre pour des autos comme les nôtres » (Jason Wright, pilote en FIA Masters F1 et Sports Car).

« Cela a été une bonne course pour moi. Grâce au Safety Car, j’ai même eu l’impression d’en faire deux ! » (Patrick D’Aubreby, vainqueur de sa catégorie en FIA Masters Historic F1).

LES COURSES DU JOUR

FIA Masters Historic Formula One / course 2

Pour qui ? Les Formule 1 de la période 1966 à 1985.

Le top 5 : 1.Ferrer-Aza (Ligier JS11) ; 2.Cantillon (William FW07C) ; 3.Constable (Tyrrell 011) ; 4.Nearburg (Williams FW07C) ; 5.Hartley (Mc Laren MP4/1).

En deux mots : malgré le principe de grille inversée pour les quatre premières lignes de la veille, l’Italien Matteo Ferrer-Aza boucle déjà le premier tour en tête aux commandes de la Ligier JS11 victorieuse de la course 1. L’Américain Charles Nearbourg (Williams FW07C) et l’Anglais Jamie Constable (Tyrrell 011) lui emboîtent le pas, puis l’entrée en piste du Safety regroupe à nouveau la vingtaine de F1 en piste. La meute relancée pour dix dernières minutes, Matteo Ferrer-Aza creuse à nouveau un petit écart, tandis que Jamie Constable s’installe à la deuxième place, avant de s’effacer à son tour derrière Mike Cantillon à l’approche de l’arrivée.

Charles Nearbourg complète le top 5 avec Steve Hartley, à bord de sa précieuse Mc Laren MP4/1 « ex Watson » à châssis Carbone. Dans la catégorie des F1 les plus anciennes (jusqu’à 1978), deux Français grimpent sur le podium avec Patrick D’Aubreby (March 761) et Philippe Bonny (Trojan T103), respectivement vainqueur et troisième.

Le classement est ici

Aston Martin Masters Endurance Legends / course 2

Pour qui ? Les Protos et GT d’endurance de la période 1995 à 2012.

Le top 5 : 1.D’Ansembourg (Lola Aston DBR1) ; 2.Lendoudis (Peugeot 90X) ; 3.Tandy (Lola B12/60) ; 4.Ahrabian (Lola Lotus LMP2) ; 5.Frieser (Oreca 03 LMP2).

En deux mots : vainqueur de la première course, samedi, le Grec Kriton Lendoudis entame cette seconde confrontation de 40 mn en tête du peloton. La Peugeot 90X abandonne toutefois assez vite le commandement à la Lola Aston Martin DBR1 de Christophe d’Ansembourg, déjà en action en F1 dans la course précédente. Au quart d’heure de course, les deux hommes sont au coude à coude, suivis de près par Steve Tandy (Lola B12/60). Une fois les passages aux stands achevés, l’ordre reste inchangé à l’attaque du dernier quart d’heure. Les écarts fondent ensuite à vue d’œil, si bien que les trois premiers abordent la fin de course roues dans roues.

Au bout du suspens, le Belge à l’Aston « 008 » parvient à conserver l’avantage sur la Peugeot et la Lola, réunies dans la même seconde sur la ligne d’arrivée ! Comme la veille, l’Allemand Darius Ahrabian et le Canadien Keith Frieser complètent le top 5, tandis que Nikolaus Ditting (Aston Martin DBR9) place la première GT au huitième rang.

Le classement est ici

FIA Masters Historic Sports Car / course

Pour qui ? Les Sport-Protos et Groupe 4 de la période 1962 à 1974.

Le top 5 : 1.Fletcher (Chevron B26) ; 2.Wright-Wolfe (Lola T70) ; 3.Gomes-Claridge (Lola T212) ; 4.Watson (Chevron B8). 5.Sheldon (Chevron B16).

En deux mots : dès le coup d’envoi de cette course d’une heure, Henry Fletcher (Chevron B26 2 litres) se porte au commandement devant « John of B », parti de la pole à bord de sa Ligier JS3 Ford Cosworth 3 litres. Le talentueux Ecossais, malchanceux le matin avec sa March F1, creuse rapidement l’écart sur la Ligier, ralentie par des soucis d’embrayage et bientôt dépassée par la Lola T212 du Portugais Goncalo Gomes. Passée la 25ème minute, alors que débutent les arrêts aux stands, l’avance d’Henry Fletcher dépasse la vingtaine de secondes. Pour la Ligier c’est l’abandon, au moment même où Soheil Ayari devait en reprendre le volant.

Dans les vingt dernières minutes, le pilote de la Chevron conforte sa suprématie sans craindre la remontée d’Andy Wolfe, passé à bord de la Lola T70 de Jason Wright. Bien remonté également, l’Américain Charles Nearburg (Abarth Osella « ex Merzario ) s’empare de la troisième place en fin de course… avant d’être contraint à l’abandon dans le dernier tour ! 7ème, Chris Jolly-Steve Farthing placent leur Cooper Monaco en tête des autos d’avant 1967.

Le résultat est

Pré 66 Touring Cars / course

Pour qui ? Les voitures de Tourisme d’avant 1966.

Le top 5 : 1.Thomas-Lockie (Ford Falcon) ; 2.Korsten (Ford Mustang) ; 3.Martin-Soper (Ford Cortina Lotus) ; 4.Hamilton (Ford Falcon) ; 5.Melling-Minshaw (Ford Falcon).

En deux mots : auteur de la pole samedi avec son équipier Rob Fenn, Jake Hill (Ford Mustang) entame l’heure de course à la lutte avec les Ford Falcon des autres Anglais Julian Thomas et Jason Minshaw. Au bout de 25 mn, soit le cap de l’ouverture de la fenêtre des arrêts aux stands, c’est ce dernier que l’on pointe au commandement devant ses deux rivaux. Très véloce au volant de sa Cortina Lotus, l’ancien pro Steve Soper mène alors en catégorie moins de 2 litres. Tous les arrêts effectués, Calum Lockie, l’équipier de Julian Thomas, aborde les 20 dernières minutes en tête avec une solide avance sur l’autre Falcon, désormais aux mains de Martin Melling.

Julian Thomas-Calum Lockie ont la victoire en poche, tandis que le Néerlandais Roel Korsten (Ford Mustang) crée la surprise de la fin de course en remontant à la deuxième place au détriment de Mark Martin, l’équipier de Steve Soper. En moins de 2 litres, Ron Maydon, l’organisateur des Masters, hisse sa petite Cooper sur le podium. Constituant le seul équipage français en lice, José Beltramelli et son fils José n’ont pas eu le plaisir de mener leur Cortina Lotus à l’arrivée.

Le classement est ici

Gentlemen Drivers Pré 66 GT Cars / course

Pour qui ? Les GT d’avant 1966.

Le top 5 : 1.Thomas-Lockie (Shelby Daytona) ; 2.Fenn-Hill (Lotus Elan) ; 3.Maydon (Ginetta G4R) ; 4.Gruau (Shelby Cobra) ; 5.Martin-Soper (Lotus Elan).

En deux mots : au départ de la plus longue course du week-end (1h30), l’Anglais Julian Thomas place immédiatement sa Shelby Daytona Cobra en tête et boucle les 40 premières minutes à cette position devant Aaron Head (Lotus Elan) et Ron Maydon (Ginetta G4R). Une fois les arrêts aux stands accomplis, c’est au tour de Calum Lockie de poursuivre le travail entamé par son équipier et compatriote Julian Thomas.

Une mission dont il s’acquitte parfaitement jusqu’au terme des 90 mn en décrochant la victoire avec une généreuse avance sur Jake Hill (équipier de Rob Fenn sur une Lotus Elan), remonté à la deuxième place en fin de parcours, et Ron Maydon. Après l’abandon de la Chevrolet Corvette de la famille Beltramelli, Didier Gruau sauve l’honneur du modeste camp français en hissant sa Shelby Cobra au quatrième rang.

Du côté des concurrents spécifiquement engagés sur le plateau néerlandais NKHTGT, le classement s’établissait au bout d’une heure. La victoire y revient à Michiel Campagne (Chevrolet Corvette) devant Oliver Douglas (Cobra Daytona) et Roger Grouwels (Iso Rivolta 300 GT).

Le résultat est ici