André de Cortanze : « Interpréter intelligemment un règlement technique intelligent »

Pescarolo #17, leader at the end of the first qualifying session. 24h of Le Mans, first qualifying day, France, on June 15, 2005. Photo by Eric Fabre/vimages

André de Cortanze, consultant technique de Pescarolo Sport, a planché sur la Pescarolo-Judd Evo 2005 développant 640 chevaux à 8500 tr/mn. Avec son moteur V10 Judd et sa boîte de vitesses X-Trac séquentielle à 6 rapports, la LMP1 française avait pour mission de terrasser les Audi R8. L’ingénieur français a mis toute son expérience sur ce programme. Le Mans 2005 était bien entendu l’objectif principal mais il aura manqué deux tours sous le damier. André de Cortanze est revenu sur le travail fourni par l’équipe basée à l’époque dans le Technoparc des 24 Heures du Mans.

La Pescarolo-Judd Evo est une évolution ou une révolution ? 

« La Pescarolo-Judd Evo 2005 est l’aboutissement entamé voici trois ans. En 2002, nous avions en effet construit un nouveau prototype autour de la Courage C60 de 2001. De cette voiture, nous n’avions conservé que la cellule centrale et le crash-box. Tout le reste avait été conçu et développé chez Pescarolo Sport. Cette année, nous avons poursuivi et achevé le développement de ce programme. » 

Vous avez plus progressé entre 2004 et 2005 qu’entre 2003 et 2004. Comment l’expliquer ?

« Notre performance absolue, celle de la voiture, est très encourageante. Nous roulons plus vite que la saison dernière et les raisons en sont claires. Nous avons essayé d’interpréter intelligemment un règlement technique intelligent. Il y avait trois choix possibles : soit construire une voiture 100% nouvelle, soit construire une voiture hybride, soit utiliser une voiture à la réglementation 2004. La première option était financièrement risquée pour notre écurie. La troisième était trop pénalisante compte tenu notamment des restrictions de puissance et de capacité de réservoir. Il était logique d’opter pour la deuxième option, la mieux adaptée aux écuries privées de moyenne dimension comme la nôtre. Mettre la Pescarolo-Judd en conformité avec ce cahier des charges allait dans le sens de son évolution. Nous avons optimisé un package bien né. » 

Qu’est ce qui fait qu’une bonne voiture devient soudainement une très bonne voiture ?

« La bonne lecture du règlement, la capacité de l’équipe à identifier les objectifs, et son habileté à concevoir et développer les bonnes solutions techniques dans le cadre d’un budget, le tout dans un environnement cohérent, motivé, inspiré. Les lois de la mécanique sont les mêmes pour tout le monde. Elles ne sont là que pour servir les idées, les intuitions. Dans notre cas, je crois qu’il faut insister sur le fait que notre voiture est vraiment le fruit du travail d’une équipe technique large, intégrant les ingénieurs du bureau d’études et les ingénieurs de piste. C’est en mêlant les deux expériences, les deux compétences, que nous avons abouti au résultat actuel. »

Dans quels secteurs la voiture a-t-elle le plus progressé ? 

« D’un point de vue visuel, elle est plus ramassée, plus tapie sur la piste. De face, on le remarque mieux : museau plus pointu,  ailes plus largement détachées de la carrosserie centrale, tout cela tient à l’optimisation de l’aérodynamique dans le cadre des contraintes réglementaires. De profil, elle est plus courte à l’arrière, toujours en raison du règlement. Nous avons évidemment apporté notre touche, nos idées. » 

Avez-vous quantifié le résultat au tour ? 

« Il faut distinguer deux choses : ce que la voiture apporte en performance pure, et ce qu’elle permet aux pilotes d’aller chercher de plus sur le talent propre. En performance pure, nous sommes plus rapide et nous avons également gagné beaucoup au niveau de l’exploitation des pneumatiques. C’est peut-être d’ailleurs le plus grand avantage de cette Pescarolo-Judd. Ensuite, nous avons réussi à concevoir une voiture plus confortable, plus saine, qui permet aux pilotes de donner la pleine mesure de leur talent en toute confiance. Et, sur une course de 24 heures, la confiance du pilote en sa voiture est un élément aussi important que la performance pure. » 

Quelles caractéristiques définissent le mieux cette Pescarolo-Judd Evo 2005 ? 

« La Pescarolo-Judd Evo 2005 est adulte, mature, aboutie, cohérente et raisonnable. C’est une voiture pour jouer la victoire. Comme jamais nous n’en avions jamais eue avant. Le reste appartient à la course… »