Alex Müller : « Quand j’étais gamin, je regardais ces autos et je rêvais »

Cela fait un bon moment que n’avions plus croisé Alex Müller sur les circuits en dehors de la Nordschleife. Le véloce pilote allemand roulait le week-end dernier sur une magnifique Jaguar XJR11 de 1989 dans le cadre du meeting Espiritu de Montjuïc sur le tracé de Barcelone. Cette année encore, le natif de Emmerich va partager son temps entre historique et moderne.

A 40 ans, Alex Müller a fait les beaux jours de la catégorie GT1. Après une période monoplace de 1997 à 2005, le pilote allemand a rejoint le FIA GT pour rouler sur les Maserati MC12 et Aston Martin DBR9. Quatrième du Championnat du Monde GT1 sur une Aston Martin/Young Driver AMR, Alex Müller écume maintenant les pelotons du VLN. On le retrouve cette année sur une Porsche 911 GT3-R alignée par Frikadelli Racing.

Les meetings historiques lui permettent de varier les plaisirs sachant qu’on ne vous apprendra rien en vous disant que sa Porsche 911 GT3-R du VLN est à l’opposé de la Jaguar XJR11 que se partageaient Patrick Tambay et Jan Lammers du temps de la splendeur du Group C.

« La Jaguar pousse bien plus que ce que j’ai l’habitude de piloter », nous a déclaré Alex Müller le sourire aux lèvres. « Quand je regarde les caméras embarquées, je me dis ‘wow ça pousse fort’. J’avais décroché la pole au Mans Classic avant de connaître un problème de pompe à essence. Ces autos sont d’une autre génération, alors il faut en prendre soin. » 

« Je prends énormément de plaisir à rouler sur cette Jaguar », poursuit l’ancien pensionnaire du Vitaphone Racing. « Je roule avec Ivan Vercoutere que j’ai rencontré il y a trois ans et qui est devenu un ami. Il habite à 30 minutes de chez moi. Ivan possède également une Maserati MC12 ex-Vitaphone Racing qui a aussi roulé au Mans Classic l’année passée »

Rouler en Jaguar XJR11 permet au quarantenaire de se souvenir de cette époque du Group C : « Quand j’étais gamin, je regardais ces autos et je rêvais. Maintenant, je suis au volant. C’est quand même incroyable. »

« Je dispute quatre meetings cette saison en historique en plus de ma saison en VLN », souligne Müller. « Cela me convient bien. Je suis honoré et fier d’avoir roulé à la belle époque du GT1 sur des autos magnifiques telles que la Maserati MC12 et l’Aston Martin DBR9. »